Participation au colloque franco-polonais « De Bologne à Bologne ».

Je participerai au XVIIème colloque franco-polonais organisé à l’Université de Strasbourg les 13 et 14 décembre et intitulé « L’Histoire des Universités en Europe : De Bologne à Bologne ». Mon intervention, intitulée « L’Université au service du pouvoir : Les cas de Dole et de Pont-à-Mousson aux XVIème et XVIIème siècles”, traitera du rôle de ces universités dans la formation d’administrateurs d’État et de juristes et de théologiens pour l’Église tridentine.

Participation aux journées de l’Université Ouverte de Franche-Comté à Dole.

Je participerai à la séance de l’Université Ouverte de Franche-Comté organisée le 17 novembre à Dole en partenariat avec la Société d’Émulation du Jura. Mon intervention, intitulée « Le studium generale de Dole dans la seconde moitié du XVIème siècle », consistera en un exposé des résultats d’une précédente étude, consacrée à l’université de Dole durant la Renaissance.

Participation à l’université d’été « L’État : acteurs, pratiques, savoirs (XVIe-XIXe siècle) »

Je participerai à l’université d’été organisée conjointement par l’université Paris I et l’Institut Historique Allemand du 11 au 13 juin 2012 autour du thème de « L’État : acteurs, pratiques, savoirs (XVIe-XIXe siècle) ». Mon intervention, intitulée « Une approche quantitative des savoirs d’État : le cas de la Lorraine ducale aux XVIème et XVIIème siècles » consistera en un exposé de mes adhésions théoriques, du terrain que constitue la Lorraine ducale aux XVIème et XVIIème siècles, et en une présentation de la méthodologie de recherche que je compte employer pour mon travail de thèse et des premiers résultats liés à une enquête sur le conseil ducal dans la seconde moitié du XVIème siècle.

L’appel à candidature pour cet événement peut être trouvé sur cette page (calenda).

 

Le prince et le bureaucrate : pourquoi un tel titre ?

      Au delà de la mode des ouvrages de sciences sociales dont le titre pastiche le genre de la fable (par exemple, Le technocrate et le paysan, de Pierre Müller, pour prendre un ouvrage célèbre), la question se pose du choix des mots qui composent le titre du présent carnet de recherche, et en particulier du second, puisque le terme « bureaucrate » ne fait guère partie du vocable habituel des sciences sociales. Tout au plus, le terme pourrait évoquer le concept weberien de « bureaucratie », mais ce n’est pas dans ce sens que le terme a été choisi – l’usage de cette partie de l’œuvre du sociologue allemand aurait d’ailleurs été parfaitement anachronique, la bureaucratie n’étant ni réalisée, ni revendiquée, ni même pensable dans le contexte des XVIème et XVIIème siècles.

      Le choix du terme « bureaucrate » pour le titre de ce carnet de recherche renvoie en fait à la naissance d’un type social nouveau, qui émerge en même temps que les structures administratives étatiques, et dont il est le produit. Ce type social pourrait se définir comme suit : il s’agit d’un individu travaillant pour le souverain, rémunéré par lui d’une façon ou d’une autre, ne disposant d’aucune ressource significative en dehors du service du souverain, et s’affairant à des tâches administratives relativement techniques (tenir des comptes, interpréter ou appliquer le droit, etc.)*.

      En suivant cette définition, on aurait aussi bien pu le nommer « administrateur » comme l’ont fait, par exemple, Robert Descimon, Jean-Frédéric Schaub et Bernard Vincent dans leur ouvrage Les figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, (XVIème – XIXème siècle) ; « fonctionnaire » était plus problématique, puisqu’à l’instar de « commis » ou d’« officier », il renvoie à une situation juridique bien définie, et non à l’ensemble des modalités qui relèvent de ce type social.

      En définitive, c’est l’étymologie qui a déterminé le choix du second terme du titre : le bureaucrate, c’est avant tout un administrateur qui détient, officiellement ou non, une parcelle du pouvoir souverain. Pris dans ce sens, le terme induit dans le titre une tension latente, voire une question : du prince ou du bureaucrate, qui détient le pouvoir ?

      La question, ainsi, est évidemment mal posée, et ne peut recevoir de réponse simple ni définitive. Elle a cependant l’intérêt de soulever le problème du partage du pouvoir au sein de l’État entre le souverain et ses serviteurs. En effet, si l’on admet que l’action de l’État n’est pas exclusivement déterminée par la volonté du prince, qu’en conséquence les administrateurs disposent de marges de manœuvre dans leur pratique et que ces marges de manœuvre constituent une ressource dans une compétition politique et sociale avec d’autres groupes (noblesse, bourgeoisie d’affaires, etc.), alors les interrogations sur le partage du pouvoir peuvent se muer en questions de recherche permettant l’interrogation d’un terrain.

      Dans le cadre du travail de thèse que j’ai entrepris, c’est précisément ce que je me propose de faire, pour la Lorraine ducale des XVIème et XVIIème siècles ; et le présent carnet de recherche a vocation à exposer ce travail de recherche au fur et à mesure de sa progression.

* Cette définition que je couche ici sur papier n’est guère qu’une définition de travail, qui sera certainement modifiée et affinée par la suite en fonction de mes orientations et résultats.